On ne peut quitter un dojo et y revenir quand on veut:

On peut être conduit à penser cela lorsqu'on cherche à esquiver certaines obligations — autrement dit avoir les avantages sans les inconvénients. Cela révèle alors une incompréhension totale de l'aïkido et des lois orientales...

En fait, le professeur que vous quittez sur votre initiative n'apprécie pas d'être considéré comme un produit de consommation.

Un tel comportement dénote un manque de jugement de la part d'un élève qui choisit de satisfaire des intérêts triviaux, personnels au détriment de l'intérêt du dojo et de l'aïkido. Dans notre société on parlerait alors de courtoisie.

Le tatami représente le champ de bataille ; sur un champ de bataille s'entoure-t-on de gens non fiables qui vous abandonnent par intérêt personnel ?

Une Armée n'est rien sans général, mais Un Général n'est rien , sans son Armée.

Si l'élève est libre de ses choix, le professeur est libre des siens, comme celui de reconnaître qui il veut pour élève et de refuser un retour. Dans le meilleur des cas, l'élève ne sera admis dans son ancien dojo qu'en tant qu'invité occasionnel et sur autorisation du professeur...

Un professeur d'aïkido ne peut espérer être suivi, écouté et respecté que s'il est lui-même respectable. Certes l'élève doit respecter le maître mais le maître doit respecter l'élève c'est ce qu'enseigne "l'aïkido traditionnel". Le professeur se doit d'honorer ces engagement envers ses élèves.

Dureté de la droiture samouraï , ou simple savoir vivre ! " le Respect "