CHÂTEAU D’OLONNE blog du dojo aïkido

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 1 novembre 2012

aikido techniques



lexique



Avertissement : ces images ne constituent que des repères et ne sauraient bien évidemment se substituer à la pratique assidue guidée par le professeur


Les différentes saisies



aikido85*1

aikido85*2

aikido85*3

Les différentes frappes


aikido85*4

CLIQUEZ ICI=>Les Techniques principales d'AIKIDO

principales techniques d' AIKIDO

L'aïkido (合気道) est un art martial japonais (budo), fondé par Morihei Ueshiba . Il a été créé à partir de l'expérience que son fondateur avait de l'enseignement des koryu (écoles d'arts martiaux anciennes).




L'aïkido se compose de techniques avec armes et à mains nues utilisant la force de l'adversaire, ou plutôt son agressivité et sa volonté de nuire. Ces techniques visent non pas à vaincre l'adversaire, mais à réduire sa tentative d'agression à néant.

L'aïkido peut être considéré comme la concrétisation du concept de légitime défense : une réaction proportionnée et immédiate à une agression. En fait, dans l'esprit de l'aïkido, il n'y a pas de combat, puisque celui-ci se termine au moment même où il commence. Conformément à cette logique, il n'existe pas de compétition d'aïkido.

On ne peut apprendre l'Aïkido, par les livres, les films, les images ... On apprend qu'en pratiquant . Il ne faut pas confondre non plus le nombre de cours que l'on fait avec la course au nombre de cours; c'est une futilité de confondre la quantitée de cours pratiquée avec la régularité de l'apprentissage . S'investir régulièrement dans la pratique fait progresser .

Les différentes techniques de Bases

aikido85*5 aikido85*6 aikido85*7 aikido85*8
brèves descriptions

Chaque technique n’est qu’un outil pour amener au contrôle des situations (et non de qui que ce soit). Il faut également garder présent à l’esprit les notions d’énergie en veillant à ne pas s’opposer et en « laissant passer » tout en restant au centre des mouvements.

IKKYO : signifie premier enseignement avec le sens de base de toutes les techniques. Toutes les techniques commencent ici et retournent là. Torsion simultanée du poignet et du coude.

NIKYO : se dit d’un exercice de poignet. C’est le prolongement de ikkyo. Contrainte au niveau du poignet (par saisie du tranchant de la main en « bec de canne ») et du coude.

SANKYO : comme pour nykyo, le mouvement de base de sankyo est ikkyo. On utilise souvent cette technique pour se dégager ou prendre le tanto ou le katana des mains de l’adversaire. Vrille du bras à partir d’une torsion de sa main (saisie de son tranchant) de façon à créer un déséquilibre avant et à le faire chuter à plat ventre.

YONKYO : méthode de contrôle en écrasant un point faible du poignet de l’adversaire. Même tenue du poignet que de la poignée du sabre. Amener au sol à plat ventre par un effet de levier des 2 mains sur l’avant bras avec appui sur des points sensibles.

GOKYO : technique contre une attaque au couteau. Variante de ikkyo ura (mais saisie différente du poignet).

IRIMINAGE (projection en « rentrant » dans le corps de l’autre) : est à la base de toutes les techniques d’aïkido. Irimi nage est la technique qui illustre le mieux irimi, d’où son nom. Vrille de tout le corps autour de l’axe de la colonne vertébrale pour provoquer une chute arrière (mouvement en « spirale-entonnoir » : unfundibuliforme).

KOTEGAESHI : s’appelle ainsi car il s’agit d’un retournement du poignet de l’adversaire (kote). Torsion du poignet dans le sens de flexion de l’articulation (enroulement du poignet sur lui-même pour provoquer une chute arrière).

SHIHO NAGE : shiho = 4 directions, soit : devant, derrière, droite, gauche ; est, ouest, sud, nord. Par extension, ce qui est autour de vous, donc shiho nage = possibilité de projeter dans toutes les directions. C’est une technique à utiliser contre plusieurs adversaires. Par la projection du premier adversaire, on peut contrôler l'attaque du deuxième et du troisième. C’est un principe du sabre démontré en aïkido par un mouvement du corps. Dans shiho nage, on fait le même mouvement qu’avec le sabre lorsqu’on coupe les adversaires qui vous entourent. C’est un des mouvements les plus importants. Il permet d’exprimer fondamentalement le principe du sabre de l’aïkido. C’est pourquoi en gardant cela à l’esprit, il convient d’être centré en fin de mouvement (coupe de l’adversaire).

UDE KIME NAGE : projection par contrainte sur le coude avec poussée de tout le corps.

KAITEN NAGE (projection par rotation) : l’adversaire projeté roule vers l’avant comme une roue, d’où le nom de la technique. Deux exécutions possible : uchi kaiten (rotation intérieure) et soto kaiten (rotation extérieure).

TENCHI NAGE : le nom de cette technique est dû à la position des mains où aïte est renversé, l’une vers le haut (ciel-ten) l’autre vers le bas (terre-chi). Aïte est attiré par une sorte d’aspiration provoqué par une main qui semble élever un sabre au dessus de la tête suivant une spirale ascendante alors que l’autre main s’étend pour couper aïte au niveau de la taille. Kokyu ryoku est indispensable. Cette technique est à la base des koshi nage et kokyu nage.

SUMI OTOSHI : variante de tenchi nage mais uniquement avec la main du bas (blocage du talon avec l’autre main).

KOSHI NAGE (projection par les hanches) : barrage du bas du corps de aïte lors d’un déséquilibre avant en interposant ses hanches pour provoquer une bascule de aïte. Le déséquilibre peut être créé en plaçant son hara taden sous le centre de aïte.

JUGI GARAMI : forme en croix. Immobilisation : les bras de l’adversaire forment une croix lors du contrôle.

HIJi KIME OSAE : blocage du coude. Variante de nikyo où l’on amène au sol à plat ventre grâce à un « armlock » sur le coude, le bras étant tendu.

KOKYU NAGE (projection « par le souffle ») : en fondant en soi l’énergie de l’adversaire, on le projette par le kokyu ryoku d’un mouvement imperceptible. On dit de cette technique qu’elle est au zénith de l’aïkido. La plupart des techniques peuvent être traitées en kokyu nage en provoquant un allongement de l’attaque ou de la saisie (effet « d’aspiration ») puis création d’un vide.

AIKI OTOSHI : saisie des jambes pour provoquer la chute.

KUBI SHIME : étranglement

TANINZU GAKE : contre plusieurs adversaires. Il est important de considérer que les adversaires n’en forment qu’un tout en développant la conscience de toutes les directions.

Les principes fondamentaux

Les principes fondamentaux

- "ne pas déranger" l'adversaire/partenaire, en "acceptant" sa frappe ou sa saisie. Laisser passer, utiliser son énergie en allant dans le même sens, être au bout de sa force en évitant opposition et combat : kinonagare - attitude naturelle droite, équilibre, stabilité, posture physique et mentale : le shisei - garde martiale incluant le shisei, posture la moins exposée face à une attaque : kamae - notion de distance et de timing, l'espace temps qui déterminera la technique la plus appropriée : le ma-ai - changements de direction : tenkan - vigilance : zanshin - déplacements pour rétablir la situation à son avantage : taïsabaki - entrer dans l'espace du partenaire "en prenant son centre". Rester face à lui alors qu'il n'est plus face à vous : irimi - expirer / inspirer souplement afin de permettre une bonne coordination des mouvements et une bonne circulation énergétique : kokyu - prendre le centre du mouvement - prendre le centre du partenaire - être centré (rejoint le principe d'irimi) - créer un mouvement infundibuliforme (spirale en forme d'entonnoir) - pousser, monter, pivoter ou couper en utilisant l'appui de sa base, la poussée de ses hanches : ikkyo undo - travailler son état mental : seishin jotai - le regard : metsuke - l'étiquette : rei gi saho - l'attitude dans la vie quotidienne : nichi jo no tai do - frapper les points vitaux pour provoquer blessure ou mort : atemi - utilisation de la respiration et de l'énergie : kokyu ryokyu

En aïkido traditionnel:

De part son approche tant physique que mentale, l'aïkido traditionnel se distingue de tous les autres arts martiaux et sports de combats car bien que cela puisse paraître paradoxal il n'y a pas d'opposition avec l'adversaire. Le but est de neutraliser son intention agressive en la retournant contre lui-même. La neutralisation s'effectue par contrainte articulaire, projection ou immobilisation.

Tout au long de l'apprentissage, on va s'attacher à étudier en parallèle les techniques et les fondements sur lesquels elles pourront reposer. Ces fondements ou bases, par lesquels l'Aïkido se différencie fondamentalement du Jiujutsu, Taïjutsu, Self-défense, Hapkido, Kravmaga, etc.